Branle-bas de combat contre la grippe aviaire au Cameroun

Publié le par Jean Marc

Branle-bas de combat contre la grippe aviaire au Cameroun

Yaoundé, Cameroun, 16/02 - Le risque de grippe aviaire est élevé au Cameroun, a déclaré mardi le ministre de l`Elevage, des Pêches et des Industries animales, Aboubakary Sarki.

"Nous ne sommes pas à l`abri de cette épizootie, du fait de la longue frontière terrestre (quelque 1200 kilomètres) qui nous sépare du Nigeria voisin, où cette maladie de la volaille s`est déjà manifestée depuis une semaine", a-t-il expliqué au cours d`un point de presse à Yaoundé.

La menace est d`autant plus grande que les mouvements de populations et d`animaux sont intenses entre les deux pays, particulièrement dans les régions septentrionales où il existe des parcs zoologiques susceptibles d`accueillir des oiseaux migrateurs.

Dores et déjà, le gouvernement a mis en branle un réseau d`épidémio-surveillance couvrant tout le pays. Dans la foulée, un comité interministériel est à pied d`oeuvre en vue de mener des actions d`investigation, de prospection, d`information et de sensibilisation sur le terrain. De même, le Centre Pasteur et le Laboratoire national vétérinaire pourront être mis à contribution en cas d`alerte au virus H5N1.

Au ministère de la Santé publique, le service de la communication indique qu`un plan média est actuellement en élaboration en vue de concevoir des messages en direction des populations qui sont pour leur part invitées à informer les services vétérinaires les plus proches en cas de mort suspecte des volailles, mais aussi à éviter de manipuler des bêtes malades.

En octobre dernier, ce département indiquait avoir mobilisé quelque 42 milliards FCFA pour faire face à une éventuelle survenue de la grippe aviaire au Cameroun.

Au plan de l`aide internationale, le Cameroun a déjà reçu une somme de 50.000 dollars du Fonds des Nations unies pour l`enfance (UNICEF) et le Fonds des Nations unies pour l`Alimentation et l`Agriculture (FAO) se propose de former des personnels sanitaires à la lutte contre le H5N1.

L`on apprend en outre que l`Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis à la disposition des autorités le Tamiflu, le seul médicament réputé efficace contre la grippe aviaire.

Cette grande mobilisation intervient au moment où le quotidien privé Le Messager, dans son édition de mercredi, fait état de la mort suspecte et en l`espace d`une semaine, de plus de 800 poulets dans une ferme de Yaoundé.

Commenter cet article