Une école vétérinaire à la pointe du progrès rejette la vivisection

Publié le par Jean Marc

 

Les étudiants de la nouvelle école de médecine vétérinaire (College of Veterinary Medicine) de la Western University of Health Sciences, à Pomona en Californie, pratiqueront ce qu’il convient d’appeler une médecine non cruelle, c’est-à-dire sans vivisection.

En effet, la plupart des écoles vétérinaires achètent à des fourrières ou des sociétés de matériel biomédical des animaux vivants qui sont ensuite opérés par les étudiants avant d’être euthanasiés.

À la Western University cependant, seuls seront utilisés des animaux donnés suite à un décès de mort naturelle ou à une euthanasie pour cause de maladie ou de vieillesse. En outre, avant les cours, les propriétaires des chiens donnés rencontreront les étudiants pour leur parler de leur défunt compagnon.

Étudiante à la Western University, Rebecca Merlo déclare : “ Je ne sais si j’aurais pu disséquer un animal tué exclusivement à des fins d’enseignement. Je suis ravie de ne pas participer à ce processus. ”

La direction de l’établissement indique que cette nouvelle technique constitue une véritable révolution dans l’enseignement et la pratique de la médecine vétérinaire aux États-Unis.

La Western University s’est également débarrassée des cours magistraux jugés comme rébarbatifs et inefficaces. En remplacement, les étudiants suivront des cours basés sur des études de cas théoriques avant d’être formés par des praticiens dans des cliniques vétérinaires de la Californie du Sud.

Fondatrice de l’établissement et seule doyenne d’une école vétérinaire aux États-Unis, Dr. Shirley D. Johnston déclare : “ Notre école s’engage à fournir un enseignement basé sur les étudiants, sur une philosophie du respect de la vie ainsi que sur des partenariats et des alliances stratégiques. ”

Toujours d’après cet établissement, l’objectif de cette philosophie du respect de la vie est de développer la compassion et le respect de tous les êtres vivants à travers une expérience de formation.

La Western University insiste beaucoup sur l’aspect éthique qui se matérialise par un cours d’éthique prodigué durant deux ans par Gini Barrett, ancien promoteur de l’Alliance of Motion Picture and Television Producers.

L’un des thèmes sur lesquels Mme Barrett prévoit d’insister est le traitement des animaux dans les élevages. “ Si l’un de nos étudiants décide de travailler dans un élevage, ce dernier doit maîtriser tous les thèmes liés à la production d’animaux destinés à la consommation. ”

Mme Barrett pense que si les éleveurs resteront probablement sourds aux critiques des militants pour les droits des animaux, ils respecteront sûrement plus un vétérinaire.

Ouvert en août dernier, ce nouvel établissement est, hormis l’Université de Californie de Davis, la seule école vétérinaire de Californie et le premier nouvel établissement de médecine vétérinaire à avoir ouvert ses portes aux États-Unis depuis vingt ans.

Source:Animal News Center

Publié dans Jean - Marc

Commenter cet article