Collecte d'information sur la grippe aviaire en Afrique

Publié le par Jean Marc

Jeudi 09 Février 2006

Les équipes nigérianes de la Santé ont procédé jeudi à des examens sur deux enfants tombés malades dans la ferme de leur père pour savoir s'ils étaient atteints du virus H5N1, a indiqué un responsable de l'Etat de Kaduna. "Nous avons répondu à la demande d'un fermier indiquant que des colombes, des oies et des poulets mourraient rapidement et que ses deux enfants étaient malades. Ils crachent du sang, prévenait-il", a rapporté le responsable de l'Agriculture de l'Etat de Kaduna.

Note ryback: Ces symptomes sont similaires à ceux étant présents sur les premiers cas humains en Turquie (jeunes enfants).

source ici et ici

Le décès à ORAN ne serait pas occasionné par la grippe aMercredi 25 Janvier 2006viaire.

Décès d'un éleveur de volaille: aucun lien avec la grippe aviaire (ministère de la Santé)

25-01 11:06:17 Le décès d'un éleveur de volailles de la région d'Oran (430 km à l'ouest d'Alger), la semaine dernière, ne relève pas de la grippe aviaire, a déclaré mercredi à l'AFP le conseiller de presse du ministère algérien de la Santé, Slim Belkessam.

"Cet homme est mort des suites d'une tuberculose. Je le confirme officiellement", a-t-il dit, démentant des informations de presse selon lesquelles le décès de cette personne pourrait être lié à la grippe aviaire.

"Trois autres cas présentés également comme suspects sont actuellement pris en charge au CHU d'Oran mais ils ne relèvent en aucun cas de la grippe aviaire", a ajouté M. Belkessam.

Plusieurs quotidiens algériens ont évoqué mercredi la crainte de premiers cas de grippe aviaire en Algérie après le décés de cet éleveur de volailles et l'hospitalisation de trois membres de sa famille.

Selon M. Belkassam, deux d'entre eux souffrent d'une "grippe ordinaire" alors que le troisième présente une "virose".

"Je le confirme officiellement: les rapports médicaux et vétérinaires ne font état d'aucune suspiscion de grippe aviaire en Algérie", a-t-il encore affirmé.

M. Belkessam a ajouté que les services vétérinaires ont effectué avec l'institut Pasteur des "prélèvements au niveau des élevages de volailles" à Oran et dans plusieurs régions du pays et "aucun cas porteur du virus H5N1 n'a été enregistré".

source

Vendredi 09 Décembre 2005

Virus H5 au ZIMBABWE sur des autruches. (mise à jour 09/12/05)

32 autruches ont été testées positives au virus de la grippe aviaire (H5) dans la province de Matebeleland, district de  Umguza/Bubi.

Les tests complets permetteront de savoir à quel type de neuraminidase (le N) appartient ce nouveau foyer.

MISE A JOUR DU 09/12/2005. Le Zimbabwe a imposé une quarantaine aux fermes d'autruches après avoir détecté une manifestation de la contrainte H5N2 de la grippe aviaire, qui peut être mortelle aux oiseaux mais présente peu de risque aux humains.

Source: oie

Des pigeons découverts morts en ETHIOPIE font craindre la grippe aviaire.


ADDIS-ABEBA (AP) - Les autorités sanitaires éthiopiennes ont ouvert une enquête sur des cas suspects de grippe aviaire sur des pigeons retrouvés morts dans la capitale Addis-Abeba et dans la région orientale de Somali, a annoncé un responsable, vendredi.

Les oiseaux morts ont été découverts près de puits dans l'est de l'Ethiopie et en deux endroits de la capitale.

Les scientifiques ont achevé les premiers tests sur huit oiseaux de ces trois endroits. "Nous devons compléter nos examens avant d'exclure la grippe aviaire", a souligné le Dr Seleshi Zewdie, directeur des services vétérinaires du ministère de l'Agriculture. AP

Note ryback: Des foyers à cet endroit là confirmeraient les craintes de l' OMS et de l' OIE.

source


Le CONGO tente de se préparer.

Voici un article intéressant d'un ornithologue de l'université de Kinshasa (congo) sur la grippe aviaire et les risques encourus par son pays.


Bureau de Jose Mpindi, ornithologue à l'Université de Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC).


"Cet hiver (dans l'hémisphère nord), les arbres vont pépier avec des oiseaux venant du monde entier", déclare Mpindi. "En fait, ils ont déjà commencé par venir".

Normalement, l'arrivée de ces oiseaux signale un changement de saisons. Mais pour des milliers de citoyens dans la capitale de la RDC, Kinshasa, ils peuvent maintenant être porteurs d'une menace potentielle : une variété de virus de la grippe aviaire, le H5N1.

Des cas de grippe aviaire enregistrés ces dernières semaines en Turquie et en Grèce appuient la théorie selon laquelle des oiseaux migrateurs qui partiront, dans les semaines à venir, d'Europe de l'est et d'Asie emmèneront le H5N1 en Afrique orientale et centrale.

Les autorités sanitaires craignent que le virus ne se propage de façon incontrôlée dans ces régions, où la pauvreté est endémique, des services de santé inadéquats - et des millions de personnes déjà affaiblies par le SIDA.

En RDC, où près d'un ressortissant sur 20 serait séropositif, des familles entières vivent parfois dans de minuscules chambres à Kinshasa. Ceci offrirait un environnement idéal pour la propagation d'un virus aéroporté comme le H5N1. Une épidémie de grippe aviaire, ravageant des corps déjà affaiblis, pourrait mettre des communautés entières en danger.


"Les gens dans ce pays souffrent de malnutrition, leurs systèmes immunitaires sont faibles", affirme Jeff Mutombo, un médecin qui travaille en RDC pour l'organisation caritative internationale Médecins sans frontières.


Et, "des agents de santé mal payés sont difficiles à motiver, en particulier lorsqu'il s'agit de maladies contagieuses comme la grippe", ajoute-t-il.


Des responsables de l'agriculture disent qu'ils ont alerté des fermiers à travers le pays sur les dangers de la grippe aviaire. Alors que les oiseaux sauvages migrateurs sont capables de couver le H5N1 pendant de longues périodes sans être en proie au virus, les poulets peuvent succomber au H5N1 dans l'intervalle de quelques heures.


Bongeli a également indiqué qu'il négociait avec la firme pharmaceutique indienne CIPLA en vue d'obtenir des médicaments pour traiter la grippe aviaire. CIPLA dit être capable de produire une version générique du Tamiflu, le médicament anti-grippe coûteux du géant pharmaceutique Roche. Pour la plus grande partie, les autorités congolaises comptent néanmoins sur les donateurs étrangers pour intervenir au cas où une crise surviendrait.


"Même les problèmes qu'il peut régler avec ses propres ressources, il les laisse à la communauté internationale pour qu'elle les résolve", déclare Florent Ekwanzalu, coordonnateur de la RDC pour les maladies à l'OMS.

Moins d'un tiers des 80 millions de dollars alloués à la santé dans le budget national ont été dépensés en 2004. En revanche, l'OMS estime que l'aide étrangère, un peu supérieure à 200 millions de dollars, est dépensée actuellement dans les soins de santé en RDC chaque année.


"Nous aimerions voir un engagement politique réel, et peut être qu'ensuite, nous pouvons aller de l'avant", indique Ekwanzala. La plupart des gens à Kinshasa ont seulement entendu parler de la grippe aviaire lorsque le ministre de la Santé a annoncé la semaine dernière à la télévision nationale que le virus constituait une menace pour le pays.

Juste après, un état d'esprit d'une résidente de cette ville: inquiétant.

"Quand est-ce que cette grippe aviaire arrive?", demande Marie Biloke, qui vend des cartes de recharge prépayées pour téléphones portables dans les rues de Kinshasa. "Une chose est sure, notre gouvernement n'y pourra rien". "Nos politiciens sont occupés à mettre de l'argent dans leurs poches", ajoute-t-elle. "Quand est-ce qu'ils ont jamais pensé à nous?". "Si quelques Blancs riches nous aident, peut-être que nous serons protégés", déclare Biloke, se penchant sur son étalage. "Mais même si nous mourions, quelqu'un s'en inquièterait-il? Je ne le pense pas".

Note ryback: Bâtie sur le fleuve Congo, en face de Brazzaville (capitale du Congo), Kinshasa forme une entité administrative à statut particulier et joue le rôle de centre administratif, économique et culturel de la République démocratique du Congo. Elle s'étend sur plus de 30 kms de l'est à l'ouest et sur plus de 15 kms du nord au sud. Les limites de la région de Kinshasa sont le Bandundu au nord et à l'est, le Bas-Congo au sud et à l'ouest la République du Congo dont elle est séparée par le fleuve Congo. Une partie importante de la superficie de la région de Kinshasa est rurale, couverte d'une savane herbeuse parsemée d'arbustes. Après avoir lu ceci, il reste de l'inquiétude liée à la façon avec laquelle ce pays , et les autres d'ailleurs, vont gérer des éventuels cas de grippe aviaire. La corruption, l'oisiveté et le manque de ressources tant médicales que le crédit porté par les habitants de ces zones recouvertes de savanes au problème de la grippe aviaire me laissent septique.

source de cet article ici

L'ALGERIE s'interroge par le biais de quelques vétérinaires.


Pour faire face à une éventuelle pandémie de grippe aviaire, les services vétérinaires algériens  
préconisent des dispositions liées à l’organisation de l’offre de soins.

 Il s’agit d’un approvisionnement en vaccins et masques et surtout en médicaments antiviraux utilisés
contre ce fléau (Tamiflu). Le risque de contamination par les oiseaux migrateurs n’est pas écarté. Ces oiseaux pourraient « importer » le virus mortel dans notre pays et provoquer une énorme propagation, soit par les points de contact ou les déjections des oiseaux migrateurs. 

Vu sa position géographique, l’Algérie est une grande voie de migration des oiseaux qui nichent en Europe. Certains de ces animaux font escale en Afrique du Nord avant de regagner le sud de l’Afrique. Alors que d’autres hivernent dans le pays car il leur offre toutes les conditions nécessaires pour passer l’hiver. Sur 330 espèces d’oiseaux qui existent en Afrique du Nord, deux tiers sont migrateurs », explique un ornithologue.

Si la contamination d’homme à homme n’est pour le moment pas décrite dans le monde, la grippe aviaire, provoquée par une souche A du virus grippal, touche principalement les oiseaux domestiques ou sauvages.

Commenter cet article