Collecte d'information sur la grippe aviaire en Afrique 3

Publié le par Jean Marc

Jeudi 04 Mai 2006

Carte des foyers aviaires en AFRIQUE.

Note: J'ai coloré les pays pour plus de visibilité. Cela ne signifie pas que ces pays sont entièrement atteints par des foyers aviaires. En effet, il me manque certaines fois des informations pour cibler les lieux géographiques donc j'ai opté pour cette méthode qui nous donne juste une vue d'ensemble.


Pour plus d'information sur les foyers aviaires, vous pouvez consulter le site de l' OIE en cliquant ici.

Jeudi 04 Mai 2006

La présence du virus H5N1 est confirmée en cote d'ivoire.

Un laboratoire de référence a confirmé la présence en Côte d'Ivoire de la souche H5N1 de la grippe aviaire, la plus dangereuse, et des mesures de contrôle renforcées y sont prises, annoncent les services vétérinaires du sixième pays d'Afrique touché par le virus.

Bakary Cissé, directeur du réseau ivoirien de surveillance épidémiologique des maladies animales, a déclaré à Reuters que des analyses réalisées dans le laboratoire de Padoue (Italie) de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) avaient révélé la présence du virus chez des oiseaux à Abidjan. 

Il s'agit bien du H5N1, a dit Cissé en ajoutant qu'une série de mesures de contrôle et de prévention allaient être appliquées pour empêcher la propagation du H5N1.

L'OIE avait annoncé la semaine dernière la découverte des premiers cas de H5N1 en Côte d'Ivoire dans le secteur de la lagune d'Abidjan, sur la base de tests effectués localement.

Le ministre ivoirien de l'Agriculture, Alphonse Douati, est intervenu mercredi soir à la télévision pour annoncer que les analyses faites en Italie confirmaient des cas de grippe aviaire, mais il n'avait pas mentionné la souche H5N1.

Nombre d'experts redoutent que la carence d'infrastructures de l'Afrique ne favorise la propagation du virus H5N1 sur le continent le plus pauvre du globe, où des millions de poulets sont élevés dans les cours d'habitations.

En Afrique de l'Ouest, des cas de H5N1 ont déjà été confirmés cette année au Nigeria, au Niger, au Cameroun et au Burkina Faso.

source complète:
http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=19498&1506
Mercredi 26 Avril 2006

Suspicion en cote d'ivoire.

Le premier cas de H5N1 a été rapporté en Côte d'Ivoire, où 17 oiseaux infectés ont été trouvés dans la région d'Abidjan indique l' OIE.

Des foyers ont été rapportés dans cinq autres pays africains, y compris l'Egypte où l'organisation mondiale de la santé indique qu'il y a eu 12 cas humains dont 4 mortels.

Les experts craignent que ce problème de santé animale en Afrique et le manque de ressources pourrait devenir un terrain propice à une multiplication des foyers aviaires sur ce continent.

Ce cas concernerait sept poulets, neuf canards et un faucon.

"2 foyers de grippe aviaire fortement pathogène ont été rapportées dans la zone d'Abidjan (communes de Marcory Anoumabo et de Treichville) dans la région des Lagunes.

Les fonctionnaires locaux ont commencé la destruction des animaux atteints et procédent aux opérations de désinfection.

source:
reuters

Voici maintenant les informations du site de l' OIE:


Influenza aviaire en Côte d'Ivoire

(Maladie jamais constatée auparavant en Côte d'Ivoire).

Information reçue le 25 avril 2006 du Docteur Denis Kouakou, directeur des services vétérinaires et de la qualité, ministère de la production animale et des ressources halieutiques, Abidjan :

Date du rapport : 25 avril 2006.

Motif de la notification immédiate : apparition pour la première fois d’une des maladies et/ou d’une des infections inscrites sur la Liste de l’OIE dans le pays.

Identification de l'agent : virus de l'influenza aviaire hautement pathogène de sous-type H5N1.

Date de première confirmation de l'événement : 25 avril 2006.

Date du début de l'événement : 30 mars 2006.

Nature du diagnostic : suspicion, clinique et de laboratoire.

Deux foyers d'influenza aviaire hautement pathogène ont été signalés dans le district d'Abidjan (communes de Marcory Anoumabo et Treichville), dans la région des Lagunes. Les animaux atteints sont 7 poulets et 9 canards traditionnels de basse-cour élevés en liberté et un épervier.

Le diagnostic a été établi par le Laboratoire Vétérinaire Central du LANADA (Laboratoire national d'appui au développement agricole) à Bingerville et ensuite par l'Institut Pasteur de Côte d'Ivoire. Sa confirmation par le laboratoire de référence de l'OIE à Padoue (Italie) est attendue.

source
Vendredi 21 Avril 2006

12 cas confirmés en EGYPTE - 4 mortels -

 
GENEVE - L'Organisation mondiale de la santé a confirmé 12 cas de grippe aviaire en Egypte, dont quatre mortels.

Cela porte le bilan de l'épidémie à 204 cas, dont 113 morts, depuis le début de 2003.

Le laboratoire britannique chargé d'analyser les échantillons prélevés sur les malades a confirmé la présence du virus H5N1.

La grippe aviaire était apparue chez la volaille en février en Egypte et le premier cas humain avait été détecté à la mi-mars.

Les quatre victimes sont des femmes qui ont découpé et traité de la volaille malade. Une personne reste à l'hôpital, alors que les sept autres sont pleinement rétablies.

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200002&sid=6648414&cKey=1145628976000
Mardi 04 Avril 2006

Le BURKINA FASO devient le 5° pays touché par le virus H5N1.

Un foyer de grippe aviaire de sous-type H5N1 a été signalé dans un camping de Gampéla, au Burkina Faso, a annoncé mardi à Paris l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Ce cas de H5N1, le premier confirmé dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, a été signalé dans la province de Kadiogo (centre). Après la mort de 123 pintades, des prélèvements ont été effectués et envoyés dans un laboratoire italien de référence, qui a confirmé le diagnostic, précise l'OIE dont le siège se trouve à Paris.
Le Burkina Faso est le cinquième pays africain où la présence du H5N1 a été confirmée, après le Nigeria, l'Egypte, le Niger et le cameroun.
Source


Quelques infos sur le BURKINA FASO

La radio et la presse:

La plupart des titres et radios privés rencontrent des difficultés financières et matérielles, qui les exposent à la dépendance vis-à-vis du pouvoir politique et des puissances d'argent, ou à une disparition pure et simple. Le manque de professionnalisme des animateurs ou journalistes est aussi patent, d'autant plus que le statut de journaliste n'est pas codifié. L'information traitée par les médias est souvent dépourvue de réflexion critique. Elle est généralement institutionnelle. Il existe une mainmise du pouvoir sur les médias d'Etat. Selon la Ligue pour la défense de la liberté de la presse, la liberté de la presse est relativement assurée au Burkina, mais il existe des entraves sérieuses à son élargissement que sont notamment l'arsenal juridique répressif en matière de délit de presse, ainsi que le manque d'indépendance du Conseil Supérieur de l'Information qui a suspendu des émissions radiophoniques populaires critiques. Quant au Président de la Société des Editeurs Privés, il dénonce l'autocensure des journalistes par crainte du pouvoir.
http://www.etat.sciencespobordeaux.fr/institutionnel/burkina.html


Au regard de ses conditions socio-économiques déplorables, l’Afrique n’est-elle pas une terre propice à la propagation rapide de la grippe aviaire ?

La maladie est mondiale, et les mesures prises pour aider les Etats contaminés seront les mêmes quel que soit le continent. Les bailleurs de fonds sont conscients du risque qu’il pourrait y avoir à laisser le virus se répandre en Afrique de façon incontrôlée. Il y a peu de moyens, certes, mais les bailleurs de fonds sauront répondre à la demande. Mais, compte tenu de la difficulté en Afrique de faire respecter les règles par les commerçants qui déambulent un peu partout, la vitesse de propagation y est plus grande qu’ailleurs.

Mais l’Afrique dispose d’une chance :
la chaleur à laquelle le virus ne résiste pas. Lorsque la température atteint 70°C, le virus ne résiste pas une minute. Lorsqu’elle avoisine 42°C à 43°C, le virus ne peut pas dépasser une durée de vie de 40 à 45 mn. Ça veut dire que l’Afrique dispose d’un atout contre la propagation de la maladie. Pendant la période de la chaleur, particulièrement dans les pays sahéliens, le virus peut disparaître.
http://www.lefaso.net/article.php3?id_article=13190

Note ryback: La chaleur d'un continent pourrait donc ralentir la propagation du virus ? Une piste à suivre......
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marouby Alain 21/03/2007 05:25

Cher Monsieur
 
Je viens de lire sur un journal d'Alger qu'il y avait un foyer à REGAHIA au sud est d'Alger
Amicalement
 
Alain MAROUBY 0561830132

Jean Marc 03/05/2007 22:19

Salut
Merci pour cette information
Bonne journée