Les Maï-Maï menacent de massacrer les gorilles des Virunga

Publié le par Jean Marc

KINSHASA (Reuters) - Les guerriers Maï-Maï du Nord-Kivu, dans l'est du Congo démocratique, ont attaqué dimanche trois camps de tourisme et de protection des gorilles de montagne du parc national des Virunga, menaçant d'exterminer cette espèce de primates en voie d'extinction en cas de représailles de la part des autorités.

Selon ces dernières, les miliciens ont tué un "ranger" et blessé trois autres gardes forestiers du parc national des Virunga, la plus ancienne réserve naturelle d'Afrique créée en 1925.

Ils ont fait main basse sur des armes et du matériel de communication lors de ces attaques, menées à deux heures de marche de l'habitat de rares gorilles de montagne, qui vivent sur les pentes des volcans des Virunga à cheval sur l'ex-Zaïre, le Rwanda et l'Ouganda.

"Il s'agissait d'une attaque gratuite dirigée contre nos gardes chargés de protéger la faune et la flore des Virunga", s'est insurgé lundi Norbert Mushenzi, directeur du parc, dans un communiqué diffusé par WildlifeDirect.

"Les Maï-Maï ont prévenu qu'en cas de représailles de notre part, ils tueraient tous les gorilles vivant dans la région", a-t-il ajouté.

Lors du raid de dimanche, 13 employés du parc ont également été brièvement pris en otages par les miliciens Maï-Maï, déjà accusés par les défenseurs de l'environnement d'avoir massacré des centaines d'hippopotames à la mitrailleuse sur la rive Sud du lac Edouard fin 2006.

Le parc des Virunga est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco. L'homme est le seul prédateur des gorilles de montagne, menacés d'extinction par le braconnage, les guerres civiles et la déforestation.

Malgré la fin de la guerre civile (1998-2003) et la tenue d'élections l'an dernier en RDC, l'Est du pays continue d'être la proie de bandes armées et de milices qui attaquent les villages et terrorisent les populations civiles.

Source : http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-30971559@7-37,0.html

Publié dans Faune Sauvage

Commenter cet article